Qù la fiction s'arrête-t-elle?

Item request has been placed! ×
Item request cannot be made. ×
loading   Processing Request
  • Additional Information
    • Abstract:
      The Canadian Income Tax Act abounds in legal Fictions. To draw the attention of the tax community (which has, until now, been quite reticent on the subject) to the significance of this issue, the author reflects on the danger that may arise when the legislator distances himself from reality in codifying tax policy. Although at first glance the interpretation of a legal fiction may seem straightforward, questions must be asked when the application of the legal fiction leads to results that are apparently unfair and contrary to the intended tax policy. To what extent can the legislator contravene reality? Do most fictions have to give rise to other fictions to ensure that the tax treatment is truly fair? Can the multiplication of legal fictions lead to unexpected results? In an attempt to answer these questions, the author considers the interpretation of legal fictions included in the Canadian Income Tax Act by taking a second look at a technical interpretation issued by the Canada Revenue Agency on the deemed dividend provision in paragraph 84.1(1)(b). The author analyzes the analogy underlying this fiction and the generally accepted definition of a dividend--the central concept on which it relies. The author also considers how the proper tax treatment of a dividend is currently codified, particularly the interaction between a deemed dividend and subsection 83(2) and paragraph 129(1)(a). This analysis leads the author to conclusions that challenge the Canada Revenue Agency's technical interpretation of the legal fiction in paragraph 84.1(1) (b). [ABSTRACT FROM AUTHOR]
    • Abstract:
      Plus qu'aucune autre loi, la Loi de l'impôt sur le revenu du Canada regorge de fictions légales. Dans le but d'attirer l'attention de la communauté fiscale -- restée jusqu'ici relativement discrète à ce sujet -- sur la portée de ce procédé législatif, cet article propose une réflexion sur le danger potentiel que ce procédé peut entraîner lorsque le législateur s'éloigne de la réalité des faits pour codifier une politique fiscale. Bien que la façon d'interpréter une fiction régale puisse, à première vue, paraître fort simple, un questionnement est nécessaire lorsque son application entraîne des résultats vraisemblablement injustes et contraires à la politique fïscale recherchée. Jusqu'à quel point le législateur peut-il faire fi de la réalité ? Faut-il parfois que ces fictions engendrent la création d'autres fictions pour que le traitement fiscal soit vraiment équitable ? La multiplication de fictions peut-elle conduire à des résultats inattendus ? En tentant d'apporter des éléments de réponse à ces questions, cet article a pour principal objectif de discuter de l'interprétation des fictions légales présentes dans la Loi de l'impôt sur le revenu du Canada en posant un second regard sur une interprétation technique que l'Agence du revenu du Canada a donnée à l'alinéa 84.1(1)b). Pour ce faire, l'auteure analyse l'analogie sur laquelle repose la fiction légale ainsi établie et la définition généralement reconnue d'un dividende, concept central de la fiction. Elle discute également de la façon dont le traitement fiscal propre à un dividende est actuellement codifié, notamment l'interaction entre un dividende réputé, le paragraphe 83(2) et l'alinéa 129(1)a). Cette analyse permet à l'auteure de conclure sur l'interprétation d'un dividende réputé et de remettre en question l'interprétation technique de l'Agence du revenu du Canada portant sur la fiction légale de l'alinéa 84.1(1)b). [ABSTRACT FROM AUTHOR]
    • Abstract:
      Copyright of Canadian Tax Journal is the property of Canadian Tax Foundation and its content may not be copied or emailed to multiple sites or posted to a listserv without the copyright holder's express written permission. However, users may print, download, or email articles for individual use. This abstract may be abridged. No warranty is given about the accuracy of the copy. Users should refer to the original published version of the material for the full abstract. (Copyright applies to all Abstracts.)